SNUDI-FO 02
Communiqué SNUDI FO du 26 juin 2014

Rythmes scolaires : Tous les problèmes vont ressurgir dès la rentrée avec acuité.

les personnels ne renoncent pas
lundi 30 juin 2014 par SNUDI-FO

Le 18 juin, comme à l’occasion des CDEN, des milliers de PE ont manifesté pour répondre à l’appel de l’interfédérale FNEC-FP-FO ; FO Territoriaux ; CGT-Educ’action ; CGT SP ; SUD-Educ et SUD-Collectivité du 26 mai qui rappelle que « le décret d’assouplissement de la réforme des rythmes scolaires, loin de répondre à la demande des personnels, aggrave les inégalités territoriales (…) en laissant chaque commune organiser le temps scolaire » - «  Les raisons de la mobilisation massive demeurent »

«  Le nouveau ministre doit (…) retirer le décret de 2013.C’est le seul assouplissement possible. »- « En s’obstinant (…) le ministre prend la responsabilité d’un rentrée chaotique »

Une mobilisation qui ne se dément pas :
1500 au ministère pour l’abrogation…

En pleine grève des cheminots pour le retrait du projet de réforme ferroviaire, plus de 1500 enseignants se sont rassemblés au ministère accompagnés d’une délégation d’enseignants du supérieur avec le SNPRESS-FO et la FERC-SUP-CGT qui demandait l’arrêt des fusions d’universités.

Des centaines ont manifesté dans le Var, en Haute Loire, dans la Somme, le Pas de Calais, dans le Rhône…

Dans le Val de Marne un millier de manifestants

Dans le Val de Marne, un millier de manifestants devant le CDEN le 19 juin à l’appel du SNUDI-FO, FO Territoriaux, SNUipp et CGT-Educaction et Territoriaux SUD-Education ont exigé le retrait des décrets Peillon /Hamon. Ils ont lancé un appel :

«  La rentrée ne doit pas, ne peut pas se dérouler dans ces conditions !
Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame l’Inspectrice d’Académie vous pouvez, vous devez décider à titre conservatoire de suspendre la mise en place des rythmes scolaires à la rentrée prochaine
 »

Dans le Maine et Loire …

A Angers le jeudi 19 juin, la moitié des enseignants d’Angers était en grève soutenue par le SNUDI FO SNUippp et SUD. Deux cents se sont rendus en manifestation jusqu’à l’Inspection Académique où une délégation a rencontré l’Inspecteur d’Académie. L’Assemblée Générale des grévistes a voté la reconduction de la grève pour vendredi 20 juin puis le 22 juin.

Rien n’y fait…

Le ministre peut menacer les élus, feindre d’ignorer les votes au CTM et au CSE, mépriser les parents rien n’y fait : le rejet de la réforme des rythmes scolaires est intact. Les enseignants, les personnels territoriaux n’en veulent pas ni hier, ni aujourd’hui, ni à la rentrée.

«  La rentrée ne doit pas, ne peut pas se dérouler dans ces conditions ! »

Territorialisation de l’école et du statut avec l’intégration des projets d’école dans le PEdT, définition des obligations de services des PE par les élus locaux avec modification des congés, annualisation des remplaçants, menace d’annualisation des stagiaires, réquisition des salles de classe, atteinte à la laïcité et aux règles élémentaires de sécurité dans les écoles…qui s’ajoutent aux refus de temps partiel et de disponibilité.
Le simple énoncé des problèmes non résolus et qui ne peuvent se résoudre qu’avec l’abrogation des décrets, donne l’ampleur de la déflagration qui se prépare à la rentrée !

  • Force Ouvrière convoquera, dès la rentrée, l’interfédérale FNEC-FP-FO ; FSPS FO ; CGT-Educ ; CGT-SP ; SUD-Educ SUD collectivités, SNUipp-FSU et SNUCLIAS-FSU.
  • Le SNUDI-FO invite d’ores et déjà ses instances à préparer des assemblées des adhérents ; à organiser des plans de réunion des personnels (RIS - réunion de secteur - de circonscription - de ville..) pour tout mettre en oeuvre pour obtenir l’abrogation d es décret Peillon/Hamon.

Montreuil, le 26 juin 2014


titre documents joints

Communiqué SNUDI FO du 26 juin 2014

30 juin 2014
info document : PDF
299.2 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP