SNUDI-FO 02

Le 1er février : tous au réctorat pour exiger le retrait du projet de réforme sur l’évaluation des enseignants !!!

lundi 30 janvier 2017 par FNEC FP-FO

À l’appel de la FNEC FP-FO, de la CGT Educ’action et de SUD Éducation

Rassemblons-nous MERCREDI 1er FÉVRIER à 14 heures 30 devant le rectorat d'AMIENS

​Pour exiger le retrait du projet de décret Vallaud-Belkacem sur l’évaluation,

transposant le « non-protocole » PPCR !

Un RASSEMBLEMENT INTERSYNDICAL, FO, CGT et SUD, est prévu devant le rectorat d’Amiens, le 1er février, à partir de 14 h30. Une demande d’audience commune a été adressée à Madame le Recteur.

Des centaines de prises de position (dont à peu près la moitié intersyndicales, avec le SNES, le SNUIPP-FSU, et / ou la CGT, SUD), des milliers de signatures ont été réalisées dans le premier et le second degré : partout où ils en prennent connaissance, les personnels dans leur très grande majorité refusent le projet sur l’évaluation.

Premier et second degré, enseignement général comme enseignement professionnel, nous sommes tous concernés !

Ce projet d’évaluation constitue un volet de la transposition à l’Éducation nationale du protocole PPCR (ParcoursProfessionnels Carrières et Rémunérations) que le gouvernement, faute d’obtenir les signatures majortitaires de FO, la CGT et SUD, a décidé d’imposer, par le passage en force, à l’ensemble des fonctionnaires des fonctions publiques d’État, Hospitalière et Territoriale.

Cette réforme des rémunérations, des carrières et de l’évaluation participe de l’ensemble des mesures d’austérité et de déréglementation qui sont appliquées aux fonctionnaires depuis de trop longues années, et qui, à l’Éducation nationale, se matérialisent aujourd’hui dans le cadre de la refondation de l’école, avec les nouveaux rythmes scolaires, la réforme du collège, la régionalisation de l’enseignement professionnel, le décret Peillon-Hamon redéfinissant les missions et obligations des enseignants du second degré etc.

La logique que suivent ces mesures est la même qui sous-tend la loi Travail : l’inversion de la hiérarchie des normes. À chaque fois, il s’agit de remettre en cause le cadre national de l’éducation, les statuts et les garanties collectives des personnels, au profit des projets territoriaux et de l’arbitraire local. Ainsi, la réforme des rémunérations, des carrières et de l’évaluation s’inscrit dans une offensive d’ensemble dirigée contre les droits et garanties de tous les salariés. Une offensive d’ensemble qui nécessite une riposte d’ensemble !

C’EST DANS CETTE SITUATION QUE, LE 1ER FÉVRIER, NOUS MOBILISERONS LES PERSONNELS POUR FAIRE MONTER D’UN CRAN LE RAPPORT DE FORCE !


Accueil | Contact | Plan du site | | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP