SNUDI-FO 02

Le positionnement de FO au CSE du 8 juin qui avait à son ordre du jour le projet de décret rythmes scolaires

samedi 10 juin 2017 par SNUDI-FO

L’annonce du retour à la semaine de 4 jours a suscité un espoir chez les enseignants du 1er degré.

MAIS il faut voir plus loin !!!

Le projet de décret menace les congés et ouvre la voie à des calendriers scolaires locaux selon les PEdT.

 

Depuis 3 ans, les décrets Peillon/Hamon sur les rythmes scolaires ont largement dégradé les conditions de travail des enseignants et accru la tutelle des élus politiques sur les écoles, multipliant les ingérences municipales en matière d’organisation et de pédagogie au gré des orientations politiques locales et/ou des finances des communes.

Cette réforme dont le SNUDI FO demande l’abandon depuis sa mise en place a ajouté une demi-journée de présence supplémentaire dans les locaux scolaires pour la plupart des élèves et des enseignants. Une grande majorité des enseignants du 1er degré estiment que la situation ne peut rester en l’état.

Le 30 mai, la FNEC FP FO découvrait un projet de décret dont l’objet est de permettre «  au directeur académique des services de l’Éducation nationale, sur proposition conjointe d’une commune ou d’un établissement public de Coopération intercommunale et d’un ou plusieurs conseils d’école, d’autoriser des adaptations à l’organisation de la semaine scolaire ayant pour effet de répartir les heures d’enseignement hebdomadaires sur huit demi-journées réparties sur quatre jours  ».

C’était donc une confirmation que le dossier des rythmes scolaires demeure un problème non réglé.

Ce projet ouvre la possibilité pour les communes qui le souhaitent de revenir à une semaine scolaire de 24 heures d’enseignement réparties sur 4 jours de 6 heures.

Nous sommes évidemment favorables au rétablissement rapide d’une organisation de la semaine scolaire sur 4 jours, MAIS qui serait commune à tous les enseignants de toutes les écoles du territoire national et qui ne fluctuerait pas d’une ville à l’autre en fonction des orientations politiques des élus locaux ou des finances des collectivités locales ou encore des Projets éducatifs de Territoire.

Dans le projet de décret il est écrit «  ces dérogations peuvent s’accompagner d’une adaptation du calendrier scolaire national dans des conditions dérogeant à l’article D.521-2 accordée par le Recteur d’académie.  » 

Cet aspect-là est renforcé puisqu’il est également écrit dans le projet que la possibilité serait ouverte d’adapter le calendrier scolaire national en instaurant «  des semaines de 8 demi-journées comprenant au moins cinq matinées ou sur moins de vingt-quatre heures hebdomadaires  ».

Cette possibilité offerte aux communes et aux EPCI de déroger au calendrier scolaire national des 36 semaines de classe, fixant les congés scolaires et les vacances des classes, ouvrirait la voie à des calendriers locaux par écoles en fonction de chaque PEdT. Une telle démarche serait contraire à la notion de l’égalité de traitement, principe républicain tant pour les élèves et les familles que pour les enseignants.

 

FO a pris ses responsabilités en votant CONTRE ce projet de décret et en proposant les amendements suivants :

Amendement n°1 :

Retirer « ces dérogations peuvent s’accompagner d’une adaptation du calendrier scolaire national

dans des conditions dérogeant à l’article D 521-2, accordée par le recteur d’académie »

Amendement n°2 :

Retirer à propos de l’organisation de la semaine « ou sur moins de vingt-quatre heures hebdomadaires »

 

Les revendications sont :

  • Abrogation des décrets Peillon/Hamon concernant les rythmes scolaires
  • 4 jours pour tous (lundi, mardi, jeudi, vendredi), dans toutes les écoles, dans toutes les communes, sur 36 semaines
  • Maintien de la définition nationale des dates de vacances scolaires
  • Abandon de la territorialisation de l’école, abandon des PEdT, non à l’ingérence des collectivités territoriales, non à la confusion scolaire/périscolaire

 


Accueil | Contact | Plan du site | | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP