SNUDI-FO 02
Rythmes scolaires

Compte-rendu du groupe de travail du 7 février 2014

DASEN : " Dans certaines écoles,
il est très compliqué de comprendre qui décide " ...
samedi 22 février 2014

Le SNUDI-FO rappelle que la réforme des rythmes scolaires ne répondait pas à une demande des enseignants et qu’il n’est pas acceptable que cette réforme dégrade les conditions de travail des collègues.

Le SNUDI-FO demande donc que dans tous les cas de divergence entre l’école et la mairie, le DASEN tranche en faveur des collègues.

Le SNUDI-FO ne cesse de dénoncer la territorialisation de l’école
contenue dans la réforme des rythmes scolaires.
Et la DASEN est d’accord !

Un représentant de la DASEN concède que les problèmes sont souvent liés à des collectivités qui, voulant mettre en place des TAP, désirent que les rythmes scolaires passent après le périscolaire, conduisant à des organisations aberrantes.
Et ajoute que ces problèmes viennent de l’organisation territoriale. Dans certaines écoles, il serait très compliqué de comprendre qui décide (qui a la compétence scolaire, qui a la compétence périscolaire ? Syndicat scolaire ? Mairie ? Communauté de communes ?).

Il admet aussi que des problèmes apparaissent en terme de contenus des APC : certains enfants vivent « l’école après l’école » : même intervenants (ATSEM), mêmes locaux, même type d’activités... D’où une grande fatigue des enfants dans certains cas.

Absentéisme et baisse sensible
de la fréquentation des TAP

Et donc, qu’il y a de l’absentéisme le mercredi matin et qu’on relève, dans plusieurs communes, une baisse sensible de la fréquentation des TAP depuis le début de l’année scolaire.

De même, dans de très nombreuses communes, faute de moyen et/ou de volonté, il n’y aura pas de TAP mis en place.

L’école privée en embuscade ?

On peut également s’inquiéter du fait que certaines écoles privées sous contrat se font de la publicité en ne passant pas à la semaine de 4 jours et demi à la prochaine rentrée scolaire. Certains parents ont déjà annoncé qu’ils placeraient leurs enfants dans ces écoles à la rentrée prochaine.

Pour le SNUDI-FO, il n’est pas acceptable que l’enseignement public, laïque et républicain soumis contre lui au décret du 24 janvier 2013, déscolarise par cette contrainte des enfants au profit de l’enseignement privé


Accueil | Contact | Plan du site | | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP